Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/09/2015

Nîmes, feria des Vendanges 2015, en attendant les messies...

Nîmes, 17 septembre 2015- Nouvel arrivage de novilleros/ Los Chospes

Un chapelet de novilleros que l’on égrène en priant que le sang neuf dope enfin une aficion anémiée. Et le sang neuf aura été, une fois n’est pas coutume, celui des novillos de Los Chospes, très bien présentés, la plupart vifs et mobiles, d’une belle présence en piste en dépit de quelques signes de faiblesse (le premier et le 5), nobles mais exigeants, et non dépourvus de caste ( le 1, le 2 surtout, le 6) qui remettront certains de nos jeunes gens, peu accoutumés à une si aimable adversité, à  leur place.

Trois novillos applaudis à l’arrastre ; Louis Husson, méchamment débordé par le meilleur mais très exigeant deuxième, condamné à l’infirmerie pour une blessure au poignet ; le public protestant sottement la vuelta de Lilian Ferrani qui avait fait face dans une faena inégale mais non sans mérite à l’allant de son adversaire et fut très sincère à l’épée ; le Mexicain Leo Valladez, transparent face au plus toro du jour mais qui s’est révélé aussi mobile qu’une enclume au 3ème tiers. Trois jeunes gens ont finalement tiré leur épingle du jeu.

José Luis Munoz, d’abord, le petit-neveu chuchote-t-on du Curro Romero, qui a la démarche dodelinée et roulante, un peu sans façon, de son grand-oncle dans le ruedo. Une démarche de chemin de terre, moitié empruntée moitié auguste, très singulière, assez racée. Pas une démarche de danseur,  ah, ça non! Plutôt la résolution un peu lasse d’un rocillero. Autre chose encore des liens du sang ? Pas le capote pour sûr et hélas peut-être l’épée… Mais ce novillero de troisième tiers est incontestablement gorgé de toreria. Deux ou trois séries de la main droite, le corps très relâché, la main basse, et un final par aidées par le bas, le genou ployé restent le plus profond de l’après-midi. Gros échec à l’épée (saludos).

Joaquim Galdos, novillero péruvien plein de morgue, s’est annoncé dès le toro précédent par un quite par chicuelinas, lentes et suaves, le geste très décomposé, données d’un rebord de cape et cette figure enveloppante et altière suffisait à éclairer l’après-midi. A la muleta, face au novillo le moins intéressant du jour (faiblesse et un fond de caste âpre), il est le seul qui soit allé chercher le cacho, son adversaire sur son terrain : très centré, les pieds bien en terre, un rien de raideur dans la posture qui rappelle la manière du Fandino et la plus belle épée du jour (vuelta).

Andy Younes, un visage de poupée de porcelaine, des traits juvéniles mais déjà en proie aux médisances du mundillo qui lui reproche, à tort ou à raison, une mentalité d’enfant gâté et l’opinion qu’il aurait de lui-même, sut tirer profit de son adversaire, vif, bravote, y con gaz tant à la cape (faroles à genoux, parones très bas) qu’à la muleta où il suit avec intelligence les conseils de sa cuadrilla (une série de naturelles supérieure), avec rythme,  ligazon et main basse.  Soudain bousculé et jeté à terre par son novillo, on voit tous ses compagnons de cartel se précipiter en piste pour venir à son secours, Lilian en chef de lidia impeccable, et cette belle camaraderie fait plaisir à voir. Il se remet sur pieds pour une ultime série de la droite, avec trinchera et changement de mains dans le dos. Le tout est très joli, varié, plein d’entrain. Tue mal, ce qui le prive de trophée.

L’entrain, c’est tout de même ce qui a manqué ce jour pour des raisons peu compréhensibles. Nos jeunes gens, sans doute surpris comme nous-mêmes de voir des toros avec de la présence dans les arènes de Nîmes, étaient sérieux comme des papes ; enfin des papes avant François, bien sûr ! Et à vingt ans, c’est triste ….

Nîmes, 19 septembre 2015- Ponce, Juan Bautista, Roca Rey/ Victoriano del Rio

Joli lot de joli jeu, piques pour rire, mais toros en pointes, parfaits pour la télé et pour une alternative réussie. Le cinquième supérieur.

Roca Rey, servi par sa taille et son allonge de bras, a une aisance étonnante pour un jeune lauréat. Au point qu’on en oublierait que c’est son alternative. Il est vrai que la rumeur de ces derniers mois l’avait déjà consacré « révélation ». Et tel un torero confirmé, pas impressionné du tout, Roca Rey va au quitte sur le merveilleux toro de Juan Bautista enchaînant chicuelinas et taffaleras de beaucoup d’allure. L’Arlésien, piqué à vif, réplique brillamment et revient à la talanquera en fusillant du regard cette concurrence péruvienne qui avait eu l’impudence se s’afficher ! Une vraie competencia comme on les aime, venimeuse et réussie.

Roca Rey, c’est l’aisance et la variété plus que l’art et la profondeur. Sur son toro d’alternative, d’abord, avec une entame de faena brillante et un final par luquesinas ajustées et pures d’exécution, le reste étant agréable mais inégal, un peu superficiel à mon goût. Puis lors de la réception du sixième à la cape, une merveille d’enchaînements (gaoneras, faroles, deux passes à genoux, larga), opportunément saluée par la banda de musica. Hélas ce toro se blesse et doit être changé. Autre toro, autre réception, cette fois-ci par véroniques alternées avec des chicuelinas puis mise en suerte au cheval par gaoneras marchées de grande élégance. Ce toro est vif, noble et de belle charge dans la muleta, mais il se retourne violemment sur l’homme au troisième temps de la passe. Roca Rey affronte mais ne résout pas, se fait renverser, revient, se centre davantage et met enfin du dominio dans une série soudain pleine de toreria. Après le quite sur le toro de Bautista, ce réflexe final m’enchante, comme la décision à l’épée (une oreille et une oreille).

Le vétéran a dû, lui, faire face au toro de moins grande classe du jour, sorti en deuxième position, qui cabecea dans la muleta, reste mufle au sol quand on le cite, grattant comme un timide ou un irrégulier. Un manso sans intérêt aucun, mais le vétéran est un mage, un alchimiste et sa muleta est, ce jour, sur ce toro, une pierre philosophale. On voit Ponce entretenir cette charge irrégulière, l’apaiser, la prolonger, la polir, et de cette chose de peu il parvient à faire un diamant dont il se joue ensuite, en le faisant scintiller dans sa main, redondos, passes inversées, changement de mains, une série émouvante de lenteur et de temple de la gauche. L’immense leçon d’un grand maître, mille lieues au-dessus de  son toro. La plus belle, complète et convaincante faena du cycle (une oreille de poids après ¾ d’épée).

Diminué par une déchirure musculaire occasionnée par son premier combat et n’épargnant aux tendidos aucun signe ostensible de gêne et de souffrance, Ponce nous servira sur le toro suivant sa faena maison, répertoriée sur catalogue, son insubmersible produit d’appel dont le succès depuis trente ans ne se dément pas, la faena en cerceaux, du pico, excentrée, de mise en scène de soi et du relâchement affecté de qui consentirait par coquetterie à une dernière valse lente  devant son salon réuni, bombant le torse ou avançant la hanche au passage, sûr qu’il y aura encore d’autres cavalières transies sur son carnet de bal pour le griser de flagornerie. Une faena de derviche tourneur aux allures de toupie dont les circonvolutions ne cesseraient qu’au deuxième avis des clarines. Le tout curieusement plombé par l’accompagnement musical, « Mission » que l’ami Rudy devrait désormais exclure du répertoire dans l’arène – mêmes si les toreros la réclament, tel sans doute Ponce ce jour qui a remercié la banda en se penchant très bas avant d’exécuter la suerte suprême- tant la mélancolie répandue sur le ruedo en ces temps troublés d’aficion fait songer, pour les plus pessimistes ou déprimés d’entre nous, aux funérailles prochaines d’une passion qu’on redoute de perdre. Musique de deuil ou pas, la faena maison a plu et la récompense à Nîmes en est inéluctablement de deux oreilles. On n’a pas dérogé.

Juan Bautista dans un bel habit anthracite et blanc, aux parements quasi-goyesques, s’est monté suave, sûr, relâché et profond sur son premier, surtout à droite avant que son toro ne s’éteigne, condamnant cette belle et précieuse faena à aller un peu a menos. Un tiers d’épée en place, descabello (oreille).

Manifestement  toujours sous le coup du quite de Roca Rey dont il avait pris ombrage, Juan Bautista a banderillé son cinquième,  un toro de très grande classe en dépit de piques aussi symboliques que les autres. Juan Bautista se régale, on le sent et cela se voit. Beaucoup de choses hélas- ce torero est souvent pléthorique. Mais de belles choses et même de très belles après une entame à genoux, très toréée, des cites de loin, beaucoup de temple, et un bouquet de naturelles de face vraiment précieuses. Epée en la crux et foudroyante (deux oreilles).

Une très jolie corrida vraiment. Ni grande ni historique, au fond un peu anodine, sauf Ponce sur son premier, et la découverte de Roca Rey qui n’annonce certes pas le tremblement de terre de l’escalafon, mais a de jolies manières, gracieuses, toutes de légèreté, et fait montre d’une inventivité heureuse, à la cape surtout. Le Luque des débuts, moins l’art dans le capote.

Nîmes, 20 septembre 2015- Castella, Manzanares, Lopez Simon/ Nunez del Cuvillo

Et Lopez Simon, alors ?  Eh bien, c’est un peu comme dans un mariage arrangé… Voilà longtemps que chacun tente de nous convaincre que l’on ne sera pas déçu et quand on le voit pour la première fois, on ne l’est certes pas, mais le portrait était si flatteur qu’on demande encore à voir.

Epaté bien sûr qu’il n’ait pas renoncé à la noce après avoir été si sérieusement blessé il y a peu de jours.

Rassuré par son air sérieux, sa concentration dans le ruedo, sa démarche lente à petits pas comptés, redoutant seulement que cela ne soit qu’affectation ou, pire encore, qu’il soit vraiment dans la catégorie des cierges et des curés, ce qui pour les futurs époux serait un problème d’autant que leur voisin JT est, dans ce registre, indépassable.

Gêné dans le jugement par le vent qui souffle en bourrasques et l’insignifiance de la corrida du jour et plus encore celle de son toro d’alternative, très en dessous, de type, de trapio, de cornes et de classe que les novillos de l’autre jour. 

Saisi tout de même par cette volonté d’aller chercher le sitio, de s’y placer et de n’en plus bouger. Ce fut vrai sur ses deux toros, et Nîmes a applaudi plusieurs fois, comme Madrid a coutume de le faire, la position patiemment gagnée sur l’adversaire, avant même qu’une passe ne soit donnée et ça, pour sûr, cela rappelle notre voisin JT auquel on n’en veut pas même s’il nous déserte, préférant la compagnie mexicaine, surtout les 31 janvier où l’on travaille.

Beaucoup de beaux gestes devant son premier toro éteint dont il tente de provoquer la charge, surtout en fin de faena par derechazos de face et trois naturelles à la fois austères et profondes. Habitées.

La réserve est à suivre sur le toro suivant, le seul du jour à avoir du jeu et du jus, qui s’emploie à droite avec noblesse et les trois premières séries seront très sérieuses, sitio, distance, dominio, temple, il ne manque rien, en dépit du vent. Le toro est plus âpre à gauche, Lopez Simon tente et n’insiste guère, revient à droite, invente une pase du cambio, continue par un joli changement de main et….c’est fini. Zut alors ! Le toro est encore complet, a de la charge, du jeu et de la présence et ce coïtus interruptus surprend un peu et ….déçoit, en dépit des bernardinas ajustées, l’épée de mort en mains. Le maestro  tire certes profit de la charge pour un recibir très efficace. Vous je ne sais pas, mais moi je n’ai pas trouvé cette faena complète. C’était une très belle faena, sérieuse, méritoire mais précocement interrompue. Deux oreilles qu’il ne viendrait à l’idée de personne de chipoter d’autant que Lopez Simon a toréé encore convalescent. Oui, c’est cela au fond. Je l’ai trouvé puissant, un peu vert et encore convalescent. Pour un mariage arrangé, ce n’est pas si mal. Mais j’attends notre futur voyage de noces à Madrid pour avoir les idées plus claires. La renommée est le poison du jugement.

Castella a eu du mérite à toréer ce jabonero sans autre intérêt que son pelage couleur sable de piste nîmoise et à inventer une faena sur le suivant, intelligente, adaptant sitio, distance et dominio à la fade faiblesse de son adversaire, des passes du cambio, pieds joints, la montera sur les zapatillas de l'entame jusqu’à la porfia finale gorgée d'aguante, le corps entre les cornes qui rôdent. Belle épée (deux oreilles, la seconde dépourvue de sens vu la condition de l’adversaire).

L’ami Manzanares n’a pas forcé, ses toros non plus. 

Castella, boudeur après la contestation de sa seconde oreille protestée, a refusé de sortir à hombros par la puerta de cuadrillas, quittant l’arène le premier. Lopez Simon a fait de même peut-être par précaution sanitaire, ou par respect pour son parrain de confirmation d’alternative. Et ça, j’ai beaucoup aimé.

19/09/2015

Arles, feria du Riz, 13 septembre 2015-Robleno, Aguilar, Medhi Savalli/Cebada Gago

Un petit quart d’arène sous un ciel triste pour ce cartel en demi-teinte. La fête en Arles, c’est la samedi, pas le dimanche ! On songe à la fable du « Rat des villes et du Rat des champs ». En aficion aussi, il y a des corridas des villes et des corridas des champs. Ce cartel eût été parfait dans un ruedo plus petit, devant un public en rangs serrés, plus attentif et motivé. Mais dans les arènes d’Arles, ce dimanche, après le no hay billettes de la veille, tout flottait un peu comme dans un vêtement trop grand.

C’est bien dommage, car la corrida n’a pas été sans intérêt. Toros bien présentés, de 530 kgs en moyenne, mansos, trois encastés (2, 4 et 5), le 3 noble mais faible, le 5 avec un fond de noblesse.

Il y eut d’abord, ce toro sorti en quatrième position, un cardeno tacheté, au port altier, superbe, plein de défi, dont la présence irradie aussitôt en piste. Rien n’est plus saisissant que ces surgissements soudains d’un toro dans le ruedo qui suscitent l’admiration et l’attente nerveuse de ce qui va advenir. C’est devenu chose rare…Les mauvaises mises en suerte à la pique et les maladresses du piquero nous priveront hélas du beau tercio que laissait espérer la puissance de l’animal et que sa mansedubre  requerrait. Ce toro dominera les deux premiers tiers, jetant la panique dans la cuadrilla de Robleno, complètement dépassée.  Mais de muleta, le torero fera face avec technique, insistance et grande abnégation, parvenant à réduire son adversaire, certes sans chichis ni chiqué, mais « Grenudo » ne se prêtait guère aux fariboles. Robleno avait été regular sur son premier dont il est parvenu à allonger la charge à droite dans deux séries supérieures et sans suite notable, sauf l’épée de beau geste, légèrement contraire.

Il y eu aussi l’aguante d’Aguilar face au mauvais sort. Aguanter le sort est plus difficile encore qu’aguanter un toro. Et en tout cas, plus émouvant. Alberto fut en grand échec face à son premier, le plus encasté du jour, un teigneux, pas clair du tout, qui regarde l’homme et derrote à chaque passe.  Aguilar tente de faire face mais recule et sans cruauté aucune à l’égard du petit maestro, le combat de ce toro, sa fureur, sa volonté de se défendre et de vaincre, son vice, sa sauvagerie – sa caste- étaient belles à voir. Et le désastre à l’épée fut grandiose, épique, un désastre homérique, de héros qui ne renonce jamais et revient avec abnégation, l’épée en main, pour une septième, une huitième, une neuvième tentative. Vous et moi, on aurait renoncé, on serait parti se cacher en courant, on aurait pleuré, les bras autour de la terre penchée sur la talanquera. Pas un torero ! Pas celui-là en tout cas qui sera souverain sur le suivant, dès la réception à la cape, puis aux mises en suerte aux piques, dans le sitio enfin, les zapatillas bien en terre pour faire face aux assauts durant la faena, une faena volontaire, virile, un brin nerveuse mais il y avait de quoi, débordante de toreria et conclue par une épée fulminante qui a terrassé le mauvais sort du toro précédent ( une oreille).

Et puis il y avait Mehdi. Qui a confirmé, après Béziers, son envie intacte et sa maturité nouvelle. Brillant à la cape, spectaculaire et facile aux banderilles, il tente tout à la muleta avec intelligence et patience face à son premier adversaire, noble mais qui s’éteint très vite et face au sixième, complètement décasté, qui se fige immobile en secouant la tête, interdisant tout trasteo.

Il y eut d’abord des chicuelinas précieuses au quite sur le deuxième, le toro qui mit en échec Aguilar, et une demie au ralenti, comme celles des plus grands.

Cette manière de charger la jambe contraire de toute sa puissance au passage du toro qu’il accompagne de tout le corps aux véroniques, sur ses deux toros et plus encore sur le dernier, et cargar la suerte comme le fait Mehdi au capote est devenu rare, Morante, Juli, les Sud-Américains, je n’en vois pas beaucoup d’autres.

Des doblones d’entame très toréés, la jambe fléchie, l’autre déployée au sol, puissante comme un palan, le buste droit.

Un bouquet de naturelles longues et templées  que la faiblesse de son adversaire ne permettait pas, hélas, de lier.

Et des fantaisies et une variété dans les recortes et les adornos qu’on ne lui connaissait pas.

Oui Mehdi a changé et chacun s’en aperçoit. Ma voisine, certes pas une savalliste militante, soupirait lors des trasteos de ses compagnons de cartel, un peu affligée par le piètre lot de Mehdi : « Quel dommage que Mehdi ne soit pas tombé sur ce toro ! ». Et nous étions des centaines à penser la même chose…..